Ressources en matière de santé gynéco

Chez Sacrées Meufs on aime tout ce qui nous permet de reprendre notre pouvoir sur nous même et notre corps. On a envie de partager avec vous nos ressources en matière de santé et connaissances gynécologiques. Car la reconquête de nos corps est au centre de nos quotidiens et de nos questionnements.

Pour ma part, c’est lorsque j’ai été enceinte que j’ai pris conscience de ma méconnaissance profonde de mon anatomie. 


Le périnée kesako ? Le col de l’utérus ? Attends mais du coup comment s’articulent utérus et vagin ? Et les règles ça fonctionne comment ?  Comment doit-on appeler cet ensemble « sexuel » et les parties qui le composent ? qu’est ce que ça veut dire être dilatée à 10 ? C’est quoi qui contracte ?

Je me souviens encore très nettement de ce sentiment de flou dans lequel j’ai été plongée quand il a fallu que je comprenne les contours de mon anatomie afin d’identifier clairement dans quel espace mon bébé était en train de se développer. A presque 30 ans, je suis tombée des nues, pourquoi étais-je passée complétement à côté de moi-même sur ce plan là ?

Depuis j’ai trouvé les réponses à cette question mais surtout je me suis penchée plus profondément sur le sujet de mon corps et de mon anatomie sexuelle. Ma formation de doula a été une des premières portes d’entrée, avec elle j’ai entre autre découvert le travail d’une artiste doula américaine qui a étudié à l’aide d’un spéculum, d’une lampe et d’un miroir son col de l’utérus et ses transformations pendant toute la durée de son cycle. Elle a depuis créé une plateforme militante et éducative, une plateforme ressource sur le sujet : Beautifull Cervix Project, invitant toutes les femmes qui le souhaitent à partir à la découverte des portes de leur utérus. 

Pour la première fois de ma vie je découvrais ce qu’est physiquement le col de l’utérus, à quoi il ressemble. Mais surtout je découvrais qu’il était possible de voir par moi-même une partie profondément intime et pourtant accessible, que j’avais complétement délaissé mais dont j’avais laissé l’accès à d’autres. A partir de là, il m’était possible de me réapproprier cette partie de mon corps en apprenant à le connaître à travers l auto-ausculation, notamment.

Ici, la méthode proposée est la même que celle du courant self help, un mouvement né dans les années 70 mais qui a repris du service récemment avec #metoo. A l’époque, en petit comité, des femmes ont décidé d’apprendre à connaître leur sexe anatomiquement à travers des ateliers d’auto-auscultation. Alors même qu’elles luttaient pour jouir librement de leur corps à travers la lutte pour le droit à la contraception libre et choisie et à l’avortement elles réalisaient qu’elles étaient dans une méconnaissance totale de ce dernier. Avec ces ateliers, elles ont levé un voile opaque sur le sexe féminin et certaines d’entres elles sont allées jusqu’à publier deux ouvrages de planches anatomiques « Our bodies, Ourselves » , publié et traduit en 1977 chez Albin Michel ou encore « A New View of Woman’s body » en 1981, à l’usage de toutes. 

Chez nos autrices  contemporaines françaises on saluera l’ouvrage de Clarence Edgard-Rosa « Connais toi toi-même, guide d’auto-exploration du sexe féminin » aux éditions La Musardine parue le 9 mai 2019. Avec de belles planches nous sommes invitées à voyager au cœur de notre chaire afin d’apprendre à mieux nous connaître, à mieux nous sentir, à pouvoir, en partie, identifier ce qui cloche quand ça cloche, car il s’agit d’abords de cela. En acquérant une connaissance intime de notre anatomie, nous devenons les premières actrices du soin que nous nous portons et de l’analyse des premiers symptômes. Ce changement de regard sur nos possibles nous interroge aussi sur la manière dont la société voudrait que nous laissions notre corps et sa connaissance uniquement entre les mains de spécialistes. s et son soin. 

Et cette exploration sensible de notre anatomie peut aller de paire avec deux livres références  :

«  Mamamelis, manuel de gynécologie naturopathique à l’usage des femmes »  de Rina Nissim, publié en 1997, qui revient sur les grands maux de la gynécologie : règles douloureuses, cycles irréguliers, vaginites chroniques, endométriose, ménopause entre autres.

L’ouvrage part du postulat que de nombreuses femmes trouvent que les soins proposés par les professionnel·les de santé ne rentrent pas toujours en résonances avec leurs convictions profondes et que certains des maux qui nous accables pourraient être accompagnés d’une façon plus douce et plus globale. L’approche naturel de l’ouvrage nous offre des réponses de soins connus de tout temps à base de plantes, d’oligo-éléments, d’alimentations et d’hygiène de vie. La présentation de l’ouvrage et son contenu me semble très encyclopédique et très complets sur des maux spécifiques, la variations de leurs symptômes et leurs causes.

L’autre ouvrage référence qui squatte ma table de nuit est  « Sagesse et pouvoirs du cycle féminin » de Marie Pénéloppe Pérès et Sarah-Maria Leblanc publié au Souffle d’Or. Il apporte une vision d’ensemble sur le cycle féminin, une vision plus holistique avec de la naturopathie, des respirations, de l auto-observation, des méditations, il fait le lien entre le corps et l’esprit, il regorge d’informations diverses et pointues.

Il se lit très facilement et est très accessible. Il redonne son caractère sacré au cycle et aux incidences que ce dernier a sur notre quotidien à travers ces différentes phases. Mais nous reviendrons ultérieurement sur le cycle menstruel … sujet qui nous passionne.

L’idée n’étant pas de se passer d’un ou d’une professionnel·le de santé, car leur expertise est précieuse et nécessaire dans certains cas, même si cela vous regarde, mais plutôt d’apprendre à s’écouter et à prendre soin de soi tout en acquérant des billes pour échanger avec nos soignant·es lors d’une consultation.

Pour finir, on vous invite à ne laisser vos corps que dans les mains de gens en qui vous avez confiance et avec qui vous vous sentez à l’aise. N’importe quel·le professionnel·le se doit d’être bienveillant·e envers vous et de respecter le Serment d’Hippocrate, d’attendre vos consentements libres et éclairés pour tout actes médicaux et prescriptions donc de vous expliquer ce que ces dernier·es engagent, pourquoi ils vous les proposent et quels sont les effets. Dans le cas où vous refuseriez il doit pouvoir vous proposer une alternative.  Le site « Gyn and Co » peut etre une ressource pour trouver un·e professionnel·le de santé gynécologique bien veillant·e. Et les sages femmes sont autant habilitées que les gynécologues à faire des suivis gynéco classique, elles ne sont pas là que pour les grossesses. 

Le roman de Martin Wincker « Le cœur des femmes » est un ouvrage magnifique qui traite de la posture du et de la soignant·e, il a déconstruit pour plus d’une femme comment un·e professionnel·e doit s adresser à une patiente et comment une auscultation gynécologique doit être menée. Vous ne sortirez pas indemne de cette lecture !

Pour celles qui souhaiteraient allées plus loin dans la réappropriation des savoirs gynécologiques vous pouvez également faire un tour sur le site « lesflux.fr » qui est une vraie mine d’or sur le sujet, avec une newsletter très fournie, l’équipe propose notamment des ateliers d’auto-auscultation.

Merci à toutes et bonne exploration à vous !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s